DATA’BANG, la révolution des données au quotidien

C’était le thème du TEDx Saclay du 27 Novembre.

TEDx Saclay 2018, data'bang

Data’bang, la révolution des données au quotidien, TEDx Saclay 2018

DataBang questionne l’impact sur notre quotidien de l’explosion de l’information avec l’invasion du numérique.

Cette explosion d’information amène-t-elle des innovations qui font sens et qui sont au service du vivant ?

Sommes-nous en train de perdre nos libertés individuelles dans cette ‘InfObésité’ collective ou cette avalanche d’informations nous ouvre-t-elle de nouvelles perspectives ?

 

J’ai assisté à la première partie de cette superbe soirée réunissant 1500 participants au théâtre de saint Quentin-en-Yvelines et je vous livre ici ma synthèse des interventions des 5 participants, Nozha Boujemaa, Thomas Boudalier, Florent Kirchner, Rand Hindi et Vincent Couronne.

 

Nos données se retournent contre nous !

Ne soyons pas naïfs face aux services gratuits qui semblent nous faciliter la vie !

La soirée débute avec une mise en exergue des mécanismes des Business Model qui valorisent nos datas fournies gratuitement contre des services qui nous facilitent la vie…mais nous privent de liberté, de capacités d’innovation, et nous manipulent.

Nozha Boujemaa appelle à ne pas être naïf face à la gratuité des services fournis et à préserver notre Libre Arbitre plutôt que de céder à la facilité offerte par ces offres qui nous comprennent si bien.

Elle cite l’exemple du film Kingsman et de la manipulation de masse mise en œuvre à travers une mise à disposition de cartes téléphoniques gratuites.

Florent Kirchner et Rand Hindi prendront le relais pour attirer notre attention sur la manipulation rendue possible grâce à l’analyse de nos données associées à l’utilisation des sciences comportementales.

Ces manipulations portent en premier lieu sur notre consommation.

La personnalisation de l’offre de service (plateforme musicale comme Spotify, marketplace, moteur de recherche,…), peut paraître très sympathique car elle nous montre un univers qui semble nous correspondre parfaitement, dans lequel on se sent bien. Elle nous facilite la vie dans un environnement agréable puisque personnalisé et nous enferme dans certains choix et modèles, dans notre “bulle”. Elle va jusqu’à nous pousser à certains achats auxquels nous n’avions pas encore pensés, grâce au « nudge » (coup de pouce comportemental).

Plus grave, cette influence comportementale ne se limite pas à la consommation. Elle concerne également nos opinions et met donc en péril nos démocraties.

Rand Hindi et le piratage des données personnelles

Le piratage de nos données personnelles nous concernent tous.

Une autre menace est soulignée par Rand Hindi qui nous alerte également sur le piratage des données  de notre double numérique. Si notre double est virtuel, les conséquences elles, sont bien réelles : piratage de boites mail, de comptes bancaires … et nous affecterons tous.

 

Pour garder sa liberté de pensée et sa sécurité, il est urgent de préserver sa vie privée !

Les participants lancent un appel général à la prise de conscience et à la responsabilité de chacun dans la construction de notre avenir.

La conservation de notre liberté passe par le respect de notre vie privée, même si nous n’avons rien à cacher !

 

Un message d’espoir et un appel à l’action à tous !

Non tout n’est pas joué, les grandes sociétés qui utilisent nos datas n’ont pas tous les pouvoirs.

Des moyens simples s’offrent au niveau individuel pour contrer la bulle dans laquelle l’exploitation de nos datas nous enferment et préserver notre capacité d’innovation : limiter les données transmises et les consentements à leur exploitation, diversifier les centres d’intérêt de nos profils sur nos applis et réseaux sociaux pour garder une diversité d’informations et des liens transversaux entre différents sujets et disciplines. Cela évite notamment d’être enfermé dans un univers spécialisé dont, certes, on deviendra expert, mais où l’on se prive d’éléments nouveaux de réflexion et donc de capacité à innover.

Comme le soulignent Rand Hindi, des moyens scientifiques et technologiques se développent également (chiffrement homomorphes, blockchain,…)

Thomas Boudalier et  Vincent Couronne eux attirent notre attention sur les open sources de data et d’algorithmes qui permettent de prendre du pouvoir. Il faut s’en saisir !

Vincent insiste sur le rôle des individus dans la conservation de la démocratie par l’utilisation justement des outils digitaux. A l’image du site https://lessurligneurs.eu dont il est un des fondateurs, où un collectif de juristes pratiquent le légal checking sur internet et traquent approximations et contre-vérités énoncées par les politiques.

 

Nozha Boujemaa et l'IA de confiance

L’IA de confiance utilisée comme outil de contrôle des algorithmes.

Nozha Boujemaa appelle à l’utilisation d’ “algorithmes de confiance” pour contrôler les algorithmes derrière les applications que nous utilisons et restaurer la confiance nécessaire au progrès et au maintien de notre liberté et de nos valeurs sociétales.

Ces “algorithmes de confiance”, comment les construire ?

Ils devront être robustes (maitrise technologique, éprouvée et sécurisée) et respectueux des valeurs sociétales et des législations en vigueur. (La difficulté d’accords sur des valeurs internationales n’a pas été soulevée ici. La nécessité seule a été soulignée car il convient d’agir et des organisations ont été citées au niveau européen, OCDE,…)

L’IA de confiance doit être interdisciplinaire : sciences économiques, juridiques, informatiques, mathématiques…. La co-conception est nécessaire pour former un tout cohérent et satisfaisant, et éviter des lacunes ou limiter des biais de perception.

Pour une IA de confiance, l'addition des vues individuelles permet d'accéder à une vision hollistique.

IA de confiance, une construction collaborative et interdisciplinaires.

La somme des vérités locales permet de construire de manière holistique la totalité de l’objet comme sur cette oeuvre où chacun n’a qu’une vision parcellaire de l’animal. Pourtant il sera possible de le définir comme un tout en agglomérant les perceptions individuelles partielles.

Florent Kirchner défend aussi ce principe de diversité de savoirs et de compétences dans une construction collaborative pour construire la meilleure solution de confiance.

 

Quel futur voulons-nous ? A nous de jouer !

Tous enfin nous questionnent : Que voulons-nous pour notre avenir ?

Un avenir sombre sur la terre nécessitant de trouver d’autres lieux de vie comme partir sur Mars ? Ou réveiller notre capacité à innover pour trouver des solutions pour pouvoir continuer à vivre sur terre ?

Une société dystopique où manipulation et autorité remplaceront notre démocratie car cela est plus facile et confortable ?

Ou secouerons-nous notre paresse pour préserver nos libertés de pensée, de libre arbitre, d’action… et construire le monde que nous choisirons, ensemble ?

 

( ⬇️ L’espace commentaire, c’est tout en bas… ⬇️)

Sophie CourtantEcrit par

Sophie Courtant

Sophie Courtant aide les entrepreneurs à créer un trait d’union entre leurs valeurs et celles de leurs clients, ou tout autre partenaire de leur écosystème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *